Pigalle, un quartier de fête

pigalle

Installé rue Mansart, A La Cloche d’Or est situé en plein milieu d’un quartier dont la réputation et le goût de la fête on fait le tour du monde : Pigalle !

Pigalle, un quartier à l’histoire mouvementée

Pigalle, quartier « chaud » ? Tout démarre dans les années 1880 avec l’ouverture de plusieurs cabarets dans le quartier : le Chat Noir boulevard Rochechouart, le Mirliton, la Marmite, le Divan Japonais (où sera inventé le strip-tease !)… Ces lieux de fête ne drainent tout d’abord qu’une clientèle bohème, mais l’ouverture du Moulin-Rouge en 1889 est une vraie révolution pour le quartier. Avec le succès de ce bal où la nouvelle danse en vogue, le French Cancan, fait scandale, de très nombreux établissements de nuit ouvrent et font le plein : cabarets, bars, restaurants, bals… Alléchés par la clientèle nombreuse, les proxénètes s’installent dans le quartier. Ils ne le lâcheront plus jusqu’aux années 1960 au moins !
Vers 1910, aux activités criminelles autour de la prostitution (hôtels et maisons closes) se mêlent les cercles de jeux ainsi que les trafics divers (drogues, armes…) aux mains de bandes de truands. Chaque « branche » d’activité a ses établissements de prédilection (qui servent également à blanchir l’argent) et les règlements de comptes sanglants y sont fréquents ! Cette sulfureuse réputation durera jusqu’au déclin de la prostitution « traditionnelle », principale pourvoyeuse d’argent, dans les années 1960.

Depuis les années 1960 : après le folklore, la fête est de retour !

Dans les années 1960 se multiplient les poursuites pour proxénétisme ; de nombreux hôtels et autres maisons closes clandestines (elles sont interdites depuis 1946) ferment leurs portes. Mécaniquement, le nombre de prostituées diminue et les gangs également. Le « milieu » déserte Pigalle !
Avec la libéralisation des mœurs et la multiplication, dans les années 1970, des cinémas pornos et autres sex-shops, la réputation du quartier change et son parfum de scandale fait plutôt penser à un folklore pas très gai… Il faudra attendre les années 1990 et l’apparition ou la renaissance de certaines salles de spectacles ou de concert pour que Pigalle renaisse de ses cendres et redevienne un quartier prisé pour sa vie nocturne. L’Élysée-Montmartre, récemment réouverte après un incendie, le Trianon ou la Cigale sont des lieux incontournables de la nuit. Le décor de Pigalle, ses néons, sa célèbre place avec son jet d’eau drainent toujours plus de touristes, étrangers mais aussi « de l’intérieur » ! Bref, Pigalle trépide. Courez-y !

Laisser un commentaire