Bonne manière : quand boire le vin offert par mon invité

vin-cadeau

Lors d’un dîner, autant l’hôte que l’invité se demandent souvent s’il faut boire la bouteille offerte par le dernier au premier.

Les bonnes manières, un code de bienséance

On doit les règles de bienséances aux anciennes cours royales. Ces dernières représentent un ensemble de règles et de normes appelées « bonnes manières » acceptées et valorisées par la société. A l’époque, elles se sont développées sous le règne de François Ier et ont été les plus codifiées et rigides d’Europe sous celui de Louis XIV. En effet les différentes étapes de la journée du roi étaient organisées selon ce qu’on appelait l’« étiquette ». Ces dernières se sont transmises à travers les siècles et certaines se pratiquent encore aujourd’hui.

En matière de vin offert lors d’un dîner

Les bonnes manières veulent que l’hôte ne serve pas le vin offert par son invité le soir même. D’une part, il est censé avoir déjà prévu du vin adapté au menu qu’il a préparé et d’autre part, le vin apporté peut ne pas être à la bonne température et secoué par le trajet. En effet, un bon accord mets-vin est important pour la réussite d’un repas. En ce sens, l’hôte ne peut pas risquer le bon déroulement du dîner en servant un vin qui ne serait pas en adéquation avec ce qu’il a prévu et cuisiné.

Quoiqu’il en soit le plus appréciable, si le vin offert n’est pas dégusté le soir même, est de le conserver pour une prochaine visite de l’hôte en question. Pour cela certaines personnes identifient les bouteilles en inscrivant dessus le nom et la date.

Le vin, un cadeau que l’on doit partager

Un autre point de vue est de servir la bouteille de vin offerte pendant la soirée. Dans ce cas, l’hôte peut la débouchonner et la présenter parmi les autres bouteilles de vin qu’il a prévu pour le dîner. Cela fera plaisir à celui qui offre de la bouteille, de le boire avec son hôte, notamment si la bouteille est un très bon cru.

D’ailleurs, si l’invité souhaite réellement goûter le vin qu’il a apporté, il est souhaitable qu’il précise qu’il doit être chambré (17° à 19° C), ce qui implicitement souligne qu’il faudrait l’ouvrir tout de suite.

De façon générale, on peut faire une entorse à la règle pour les vins qui accompagnent le dessert et qui se servent frais. En effet le temps du repas permettra au vin de reposé et d’être mis à bonne température si besoin.

Le vin, une question de proximité

Il est clair que, plus vous serez proche de votre invité, moins il sera compliqué de décider à deux s’il faut boire ou non le vin offert. Le plus simple, si on hésite, reste finalement de poser la question !

A la cloche d’or, notre carte des vins comporte de nombreux vins avec lesquels vous n’aurez plus besoin de vous poser aucune question… Vous n’avez qu’à déguster !