L’huître à travers l’Histoire

l'huître à travers l'histoire

On les consomme généralement au réveillon ou l’été, sur une pinasse du Bassin d’Arcachon, à Marennes ou sur le littoral breton. Qui ça ? Les huitres bien sûr ! Mais avant de peupler les côtes atlantiques, l’huître a connu une histoire riche en rebondissement, qui prend ses racines dès la Préhistoire. 

Les huîtres à la Préhistoire

Aucun témoin de cette époque n’est venu nous rapporter que les Néanderthaliens se délectaient d’huitres mais les monceaux de coquilles retrouvés sur certains sites préhistoriques laissent à croire que déjà à l’époque, le coquillage était prisé par les autochtones. Certaines coquilles datent même de 165 000 ans !

L’huître en Grèce Antique

Pour les Grecs, la coquille d’huitre possédait des vertus aphrodisiaques. Aussi, les amateurs de bonne chair les ramassaient sur les bancs naturels et se servaient également de la partie plate de la coquille comme bulletin de vote en gravant le nom de l’homme politique qu’ils souhaitaient bannir de la Cité.

Les Romains et leurs « Belles Paupières »

C’est le nom que l’on donnait à l’huître en Rome Antique, en référence aux bords de son manteau. Les Romains, friands du coquillage, le faisait venir de la mer des Santons en Gaule. A l’époque, les huîtres étaient consommées natures ou accompagnées de garum (l’équivalent du nuoc-mam asiatique).

L’huître au Moyen-âge

A l’époque, les huîtres sont à la fois un plat de pauvres pour les populations côtières mais sont également dégustées par les plus riches et la noblesse. Aucune production organisée n’existe et on les accommode également en ragout.

La Renaissance : début du commerce de l’huître

C’est à Paris qu’on commence à vendre des huîtres sur les marchés, dont la fameuse « Huistre de Marennes » proposées aux chalands par des écaillers ambulants.

17ème et 18ème siècle : l’huître retrouve une place d’honneur

C’est sous Louis XIV que les huîtres retrouvent leurs lettres de noblesse, on les déguste à la cour du roi et Paris compte alors 2000 écaillers. Le siècle des Lumières voit cependant l’épuisement des bancs naturels, l’huître étant surconsommée pour ses vertus aphrodisiaques.

19ème siècle : une livraison à grande échelle

L’arrivée du train permet de livrer les huîtres un peu partout en Europe. Napoléon III encourage l’importation d’huîtres d’autres pays.

L’huître au début du siècle

Les premiers parcs d’élevage à Arcachon voient le jour, suivis de ceux de la baie de Saint Brieuc. Aujourd’hui, des milliers de parc à huîtres ont fleuri sur nos côtes, de la Presqu’île du Cap Ferret à l’Ile de Ré en passant par la Bretagne, pour le plaisir des amateurs et néophytes !

A la Cloche d’Or, nous avons voulu faire la part belle à ce coquillage millénaire en vous proposant à la carte un plateau d’huîtres creuses n°2 de Bretagne, en arrivage direct, pour un début de repas placé sous le signe de l’excellence et du terroir !

Laisser un commentaire